musicall.over-blog.com, avril 2017

Dans les yeux de John Eyzen

De la Star Academy à Holiday On Ice en passant par les rôles de Gringoire, Phoebus ou encore Mercutio, John Eyzen est devenu un nom indissociable de la scène française. Actuellement sur les planches du Théâtre des Blancs Manteaux pour la pièce « Einstein – Un baby sitting explosif », il livre à Music All les secrets de sa carrière, ses projets d’avenir et son regard sur la comédie musicale francophone.

Music All : Tu es actuellement à l’affiche de la pièce de théâtre « Einstein – Un Babysitting explosif » après une longue carrière musicale. Est-ce un choix de ta part de « délaisser » la musique pour te consacrer à la comédie dans ce nouveau spectacle ?

John Eyzen : C’était surtout une envie de me remettre au théâtre « pur », sans chanter. Et l’opportunité s’est présentée quand j’ai rencontré Hugo Rezeda il y a un peu plus de deux ans. Nous voulions travailler ensemble, c’était juste une question de temps et de rôle qui pourrait me correspondre… Enfin, il m’a choisi pour incarner un alcoolique, je ne sais pas comment je dois le prendre, mais j’ai accepté (rires). Par contre, je ne délaisse pas la musique. Des projets musicaux arrivent pour 2018, c’est juste une pause.

M.A : Dans cette pièce, tu tiens le rôle du fiancé jaloux et ivre de la baby-sitter. De quel genre de préparation as-tu eu besoin pour jouer l’ébriété avec réalisme?

J.E : Pour des raisons d’agenda et de santé, j’ai du me faire opérer du genou en janvier, j’ai eu très peu de temps de répétitions, à peine quelques jours. On a donc dû se concentrer sur le gros du travail du personnage que je résumerais en un lâché-prise…contrôlé. Et c’est justement ce paradoxe qui m’a donné du fil à retordre. Yannick est alcoolique, boit tout le long de la pièce et sa démarche, ses gestes, son phrasé, etc… deviennent de plus en plus approximatifs. Mais pour autant, le lâché-prise ne peut être total car il a conscience de son état et se bat, en vain, pour tenter de garder le contrôle. Le travail de ce personnage est une excellente expérience, faisant beaucoup évoluer mon jeu. Et quel plaisir de découvrir la comédie !

M.A : Tu as eu ta place dans de nombreux groupes de musique, des comédies musicales. Tu as chanté dans Holiday On Ice en 2016 et tu joues maintenant la comédie. Idéalement, que veux-tu faire après Einstein ? Sortir un album, monter une pièce, participer à un spectacle, refaire une comédie musicale ?

J.E : Je ne me fixe, à vrai dire, aucune règle. Je saisis les opportunités de projets qui me touchent, peu importe le domaine artistique, si je sens que je vais m’y épanouir, et/ou y grandir. Et il y en a probablement deux ou trois, dans des registres complètement différents, qui je l’espère vont se monter dans les mois à venir. Créer un album est quelque chose auquel je pense depuis bien quinze ans. Mais je me refuse de sortir quelque chose si je ne suis pas fier de la moindre note… Et étant plutôt perfectionniste dans l’art, cela prend du temps !! Ça viendra, c’est certain, pour bientôt j’espère. Peut être au printemps 2018…

M.A : Tu as donc joué dans deux comédies musicales à succès : Roméo et Juliette, Notre- Dame de Paris. Quel est ton meilleur souvenir de comédie musicale ? Une anecdote à partager avec nous ?

J.E : Chaque tournée a été un souvenir impérissable. Mais si je ne devais en garder qu’un, je pense que je choisirais la toute première tournée de Roméo à laquelle j’ai participé, en 2006 – 2007. Des répétitions jusqu’à la dernière date, j’ai vécu parmi les meilleurs moments de ma vie. Première tournée sur un projet que j’étais fier de défendre, première fois en Asie, première ’’rencontre’’ avec Mercutio, deux mois de répétitions avec Redha, Gérard et une équipe formidable, un public asiatique incroyable, à une époque où le phénomène des comédies musicales était encore à ses débuts là bas et, surtout, de très belles rencontres artistiques et humaines.

M.A : Roméo et Juliette et Notre-Dame de Paris t’ont donné la possibilité de jouer en France mais aussi et surtout à l’étranger (Corée, Japon, Chine, Taïwan…). Qu’en as-tu retiré et as-tu envie de retrouver ce public ?

J.E : J’ai maintenant une histoire de plus de 10 ans avec le public asiatique. J’y ai même joué plus qu’en France au cours de cette période. C’est un public que j’apprécie particulièrement, qui est très accueillant avec nous. Alors forcément, chaque fois que l’occasion se présente de les retrouver, j’y vais avec grand plaisir ! J’ai toujours été passionné de voyage mais depuis la première tournée de Roméo, c’est devenu une véritable addiction. Quand je ne tourne pas dans ces pays, il m’arrive régulièrement, dès que j’ai du temps, de prendre un billet pour le lendemain matin, peu importe la destination… Oui, voilà ce que j’en ai retiré, une forte addiction au voyage !

M.A : Tu as déjà fait l’expérience des tremplins musicaux à la télé (Star Academy). Si, aujourd’hui, tu recevais une proposition pour en faire partie de nouveau (The Voice, Nouvelle Star ou autres), accepterais-tu ?

J.E : On m’avait proposé de faire la première année, ou deuxième je ne sais plus, de The Voice. Bien que je trouve que ce soit une bonne émission, j’ai déjà l’expérience des tremplins et ne vois pas l’intérêt de la réitérer.

M.A : A la rentrée 2016, les salles parisiennes se sont vues prises d’assaut par les comédies musicales (NDP, LRLN, Oliver Twist, Les 3M). Quel est ton regard sur ce renouveau du spectacle musical ?

J.E : Forcément, en tant qu’acteur de comédie musicale, je trouve que c’est une bonne chose qu’il y ait du choix pour le public. Je regrette cependant que le choix soit si limité. Par rapport à New York, Londres, Séoul, l’Allemagne, etc…nous sommes assez en retard en France. La dernière fois que j’étais à Séoul, il s’y jouait une cinquantaine de comédies musicales en même temps ! On est donc, en France, loin de la prise d’assaut ! Pourtant ce n’est pas les bons créateurs qui manquent… Je trouve super que des projets comme Oliver Twist se montent, que Notre Dame fasse son retour, et j’aimerais voir plus de spectacles de ce type à l’affiche des salles parisiennes et de province, des comédies musicales de créateurs, par opposition aux comédies musicales de producteurs. Ensuite, j’attends depuis des années que se montent à Paris des spectacles de Broadway ou du West End que je vois s’exporter dans plein de pays…mais pas en France. A part Stage Entertainment, ou plus récemment Cheyenne Productions avec le Spectacle Priscilla Folle du Désert, rares sont les productions à le faire…

M.A : Tu es un artiste multi-facettes, qui chante, danse et joue la comédie. Comment cela te vient- il de te lancer dans tous ces domaines artistiques ? Est-ce une particularité familiale ?

J.E : C’est vrai qu’étant fils d’artistes, c’est naturellement que j’ai choisi cette voie. Mais la pluridisciplinarité est quelque chose d’assez commun dans l’univers de la comédie musicale mais également pour de nombreux artistes d’autres domaines.

M.A : Tu as fait des comédies musicales où tu pouvais lier tes talents de chanteur, de danseur et de comédien. Aujourd’hui, tu joues uniquement la comédie. Peux-tu imaginer un jour entamer une carrière solo en chant ? Ou monter un spectacle uniquement dansé ?

J.E : Même si l’idée de carrière solo m’attire, je pense que l’esprit de troupe me manquerait. Peut être devrais-je trouver le moyen de lier les deux. Bien que je ne pense pas un jour me développer dans la danse, je ne m’impose aucune restriction quant à la suite de ma carrière. C’est une des choses à la fois effrayante et magnifique de ce métier : ne pas savoir où, quand, pourquoi, comment et avec qui sera demain…

Vous pourrez retrouver John Eyzen à l’affiche de la pièce « Einstein – Un Babysitting explosif » au théâtre des Blancs Manteaux jusqu’au 1er Juillet. Vous pouvez vous procurer les billets ici.

Propos recueillis par Gaëlle & Célia.

http://musicall.over-blog.com/2017/04/itw-dans-les-yeux-de-john-eyzen.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_header_bar

Publicités

www.blancsmanteaux.fr/einstein, décembre 2016

Einstein, jeudi, vendredi, samedi, 21h [Théâtre des Blancs Manteaux, Paris]

à partir du 12 janvier

Un célibataire + une Nounou + un Mari jaloux + une ex-femme = Un baby-sitting explosif !

Depuis que sa femme l’a quitté, Eddie vit avec le portrait d’Einstein et pense qu’une baby-sitter pourrait le consoler, comme quand il était petit.

Problème, la baby-sitter n’aime pas l’idée !

Cherchant l’enfant qu’elle est venue garder, son fiancé jaloux et ivre fait irruption.

Et il ne sera pas le seul !

La théorie des explications foireuses qu’on invente en urgence, c’est qu’il faut relativement les assumer jusqu’au bout…

Cohérence scientifique requise pour éviter le pire !

Auteur : Alexandre Papias

Artistes : Laurent Petitguillaume, Alexandre Triaca, Chiara Di Bari, Kaïna Blada, Odile Schmitt, John Eyzen, Hugo Rezeda

Metteur en scène : Hugo Rezeda

http://www.blancsmanteaux.fr/einstein.html

http://musicalavenue.fr, mars 2016

Rencontre : Candice Parise et John Eyzen, à l’affiche de « Believe – Holiday on Ice »

C’est à l’occasion d’un événement presse que nous avons pu nous faufiler au Zénith de Paris au milieu des journalistes professionnels pour découvrir des extraits de Believe, le nouveau spectacle d’Holiday On Ice.
Pendant que les journalistes TV (TF1, M6…) et autres représentants de journaux nationaux se précipitent pour interviewer le patineur Philippe Candeloro, porte-parole d’Holiday On Ice, nous attendons patiemment l’arrivée de John Eyzen et Candice Parise que nous suivons depuis plusieurs années.  

Il faut dire que Candice Parise nous avait notablement marqués dans ces derniers projets, en particulier à l’Auguste théâtre en 2013 dansSongs for a new World (voir notre critique), un musical venu d’Off-Broadway, puis plus récemment dans l’excellente production française du Magicien d’Oz avec Natasha St Pier et Sophie Delmas.
C’est donc avec un enthousiasme non dissimulé que nous avons pu (enfin !) la rencontrer aux côtés de John Eyzen, lui aussi pas inconnu de notre équipe passionnée de comédies musicales puisqu’il a pendant de longues années joué, en Asie notamment, dans Roméo et Juliette et Notre-Dame de Paris.
Accessibles et sans langue de bois, ils se sont prêtés avec le sourire à l’exercice de l’interview pour parler du spectacle Believe, avec qui ils sont à l’affiche du Zénith de Paris jusqu’au 13 mars 2016 puis partiront en tournée dans toute la France jusqu’à fin mai.

Musical Avenue : Vous allez partager l’affiche d’Holiday On Ice pendant plusieurs mois à compter de ce soir (ndlr : le 3 mars). Dans quelles circonstances vous êtes vous rencontrés pour la première fois ?

John Eyzen : On a travaillé ensemble sur Roméo et Juliette, lors de la tournée japonaise et chinoise. Cela fait déjà plusieurs années… trois ans et demi à peu près. Cette aventure représente une bonne partie de ma vie, neuf ans environ, presque dix, donc c’est sûr que cette tournée asiatique signifie quelque chose pour moi. 
Candice Parise : J’en garde aussi de très bons souvenirs. J’avais fait là-bas la tournée de Notre-Dame de Paris juste avant, c’était top ! En plus, je suis retournée pour Roméo et Juliette au théâtre où on avait fait Notre-Dame de Paris donc j’étais ravie.

Musical Avenue : Avec Holiday On Ice, vous allez aussi vivre une sacrée tournée…

Candice Parise : Oui, on va faire un bon tour de France donc on est super contents ! Ça nous change, on va pouvoir découvrir beaucoup de villes et de nouveaux publics. Pour la promotion, l’accueil a été très sympathique. On a déjà fait Montpellier, Toulouse, Bordeaux…et là, on va faire à peu près tous les Zéniths. 

Musical Avenue : Comment vous situez-vous dans ce spectacle de patinage sur glace ? 

John Eyzen :  Justement, il ne s’agit pas que d’un spectacle de patinage. On est deux chanteurs, il y a une pole-danseuse, des acrobates, des jeux de sons et lumières, mais tout ne se passe pas sur la glace.

Musical Avenue : Aviez-vous déjà vu le spectacleBelieve lors de sa tournée en Allemagne ?

Candice Parise : Oui, d’ailleurs nous avons pu rencontrer à cette occasion les deux chanteurs. 
John Eyzen : C’est vrai, c’était il y a trois ou quatre semaines environ.
Candice Parise : 
Ils étaient très différents de nous, lui notamment était un chanteur lyrique. Pourtant les chansons sont les mêmes, si ce n’est qu’elles ont été adaptées en français par Nicolas Nebot (qui a également signé l’adaptation de Sister Act et de Cats à Paris, ndlr).

John Eyzen : Oui nous avons pu travailler avec Nicolas et Maxime Rodriguez, surtout pour les arrangements.

Musical Avenue : Comment se sont passées les répétitions ?

John Eyzen : Ça fait environ un mois que nous répétons, disons fin janvier. Même un peu avant, en fait !
Candice Parise : Nous avons répété séparément des patineurs.
John Eyzen : Surtout avec Nicolas et Maxime pour les arrangements, puis avec toute la troupe quand on est allés les voir en Allemagne.
Candice Parise : On a fait des extraits sachant qu’on intervient ponctuellement dans le show à différents endroits. Ce qui est bien, c’est que là, on a vraiment un rôle, avec une histoire à la Roméo et Juliette…
John Eyzen : Cela ne se limite pas à un enchaînement de tableaux.
Candice Parise : On est censé être les parallèles des personnages d’Antonio et Clarissa. Du coup, on parle en même temps qu’ils sont sur la glace, on dit ce qu’ils pensent….il y a vraiment un lien. Sans tout vous dévoiler, au tout début quand j’apparais pour la première fois avec le personnage de Clarissa…vous verrez qu’il y a une vraie connexion.

Musical Avenue : En fin de compte, on se rapproche vraiment de ce qu’est une comédie musicale, non ?

John Eyzen : Complètement. Si on regarde bien, ce n’est pas très éloigné de ce qu’on fait en comédie musicale. Du coup, on a pas été trop dépaysés (rires).
Candice Parise : C’est juste dans la préparation où ça a été un peu différent vu qu’on ne répétait pas en même temps que toute la troupe. Nous avons aussi d’abord travaillé avec les chansons en anglais puisque nous n’avons eu les versions en français que plus tard. 

Musical Avenue : Comment vous sentez-vous à quelques heures de la première représentation ?

John Eyzen : Excités ! 
Candice Parise : Oui, enthousiastes ! 
John Eyzen : Cela fait trois ou quatre mois à peu près qu’on sait qu’on va travailler dessus, donc autant de temps qu’on attend en super-excitation (rires).
Candice Parise : Je suis très contente qu’on ait fait la promotion avant parce que ça nous a vraiment permis de nous mettre dedans, de sentir l’attente…
John Eyzen : …de bosser les chansons aussi, les tester en public (rires).

Musical Avenue : Avez-vous eu le temps de vous consacrer à d’autres projets depuis que vous travaillez sur ce spectacle d’Holiday on Ice ?

Candice Parise : Oui, j’avais en fait déjà autre chose de prévu après donc je devais mettre ça en place, et je travaille aussi sur d’autres projets comme des vidéos.
John Eyzen : Il y a toujours des auditions…
Candice Parise : …et des concerts, aussi.
John Eyzen : Ce n’est pas comme si on partait en tournée pendant un an et demi, ici ça ne sera que pendant trois mois. Alors certes, ça va être trois mois intenses, mais il faut bien prévoir la suite. Dans notre métier, on doit toujours prévoir le plus loin possible.

Musical Avenue : Pouvez-vous nous en dire plus sur vos projets en question ?

Candice Parise : Je préfère en dire plus quand ce sera confirmé parce que je serai fixée plutôt la semaine prochaine. 
John Eyzen : Je ne peux pas trop en parler non plus. J’ai des projets mais ce sera plutôt pour cet été en France.
Candice Parise : C’est en France aussi mais il faut voir d’abord s’ils acceptent mes périodes d’indisponibilité…on verra bien.

Musical Avenue : Vous continuez à travailler dans le monde du jazz ?

Candice Parise : Justement j’ai des concerts à venir et je ne peux pas les faire sauter. J’ai lancé un trio il n’y a pas longtemps… J’écris les textes en anglais. On est programmés sur trois Festivals dont l’un qui est un des plus grands d’Europe. On est le seul groupe français à avoir été programmé donc c’est sympa, ce sera au mois d’août.

Musical Avenue : C’est plutôt intéressant de varier les expériences, entre ça, Holiday on Ice…

Candice Parise : J’aime bien changer de style, je m’ennuierai sinon. Mais je peux comprendre qu’on préfère rester sur un seul truc.
John Eyzen : C’est aussi pour ça qu’on s’exporte beaucoup en Asie avec Candice. Personnellement, je travaille beaucoup en Corée du Sud et il y a là-bas une variété d’artistes qui font plein de projets différents : présentateurs, comédiens dans des films, présentateurs de télévision, artistes de comédie musicale… Les gens ne sont pas fermés là-bas. Ce n’est pas qu’on soit fermés en France mais certains du milieu le sont, en disant « Toi, tu sais faire ça, donc tu ne sauras pas faire ça ». Je suis sorti de Star Ac’ et il y a beaucoup de gens qui m’ont dit non lors d’auditions sous prétexte que j’avais fait la Star Ac’. J’ai été catalogué télé-réalité alors que je faisais de la scène au moins 15 ans avant ça… Je ne parle pas des chanteurs, mais plutôt des gens derrière la scène et c’est dommage. En soi, les français ne sont pas fermés mais ceux qui dirigent les castings le sont énormément et c’est pour ça qu’on travaille à l’étranger.

Musical Avenue : Pour reprendre sur une note plus positive, j’ai vu que vous êtes tous les deux actifs sur les réseaux sociaux…

John Eyzen : Beaucoup plus Candice que moi (rires) !
Candice Parise : C’est vrai (rires)…

Musical Avenue : Qu’est-ce que ça vous change au quotidien ?

Candice Parise : J’ai voulu faire un site internet il y a quelques temps… Et en fait je me rends compte qu’on est vraiment tous dans cette folie Facebook, j’ai donc gardé le site internet pour ce qui relève du professionnel et puis j’ai créé la page Facebook pour donner de l’actualité, parler des événements à venir, etc. Je me suis aussi mise à Instagram. J’aime beaucoup Instagram, c’est vraiment sympa. Je trouve que c’est important de parler des choses… Tu peux choisir de suivre ou de ne pas suivre la personne, pour ça il n’y a pas de problème… C’est pour ça que j’ai changé ma page Facebook. Ce n’est plus les « duos du mois » mais « Candice Parise » tout court… Et puis après les gens choisissent s’ils suivent ou s’ils ne suivent pas. En tout cas, je pense que c’est important de parler de ce que tu fais… Et puis ça me fait plaisir de parler des choses qu’on aime… On a envie d’en parler.

Musical Avenue : Avez-vous vu des spectacles musicaux récemment que vous recommanderiez à nos lecteurs ?

Candice Parise : Je n’ai pas beaucoup le temps en ce moment mais je suis allée voir Cats récemment…
John Eyzen : J’ai eu le temps d’aller voir Cats aussi. Le cast est exceptionnel.
Candice Parise : J’ai trouvé Cédric Chupin (Munkustrap, ndlr) juste… génial. Vanessa Cailhol (Rumpleteazer, ndlr) aussi… On était ensemble sur Les Misérables.
John Eyzen : Très objectivement, elle est exceptionnelle.
Candice Parise : Ce n’était pas avec Mélina Mariale que tu l’avais vu ?
John Eyzen : Oui mais justement, j’ai envie d’y retourner pour le voir avec Vanessa, même si Mélina était très bien.
Candice Parise : Et sinon…j’ai vu Jules Verne (L’extraordinaire voyage de Jules Verne, ndlr)… Pareil, j’ai trouvé ça super.
John Eyzen : J’y vais vendredi. Tout le monde me dit que c’est une très belle création.
Candice Parise : En tout cas, pour ça j’adore Musical Avenue, dès qu’il y a quelque chose qui sort je regarde…
John Eyzen : Oui, moi aussi je consulte souvent.
Candice Parise : …donc merci !

Merci à eux plutôt, pour leur gentillesse et franchise ! 

http://musicalavenue.fr/Dossiers/Rencontre/Rencontre-Candice-Parise-et-John-Eyzen-a-laffiche-de-Believe-Holiday-on-Ice

www.lepetitjournal.net, février 2016

Un Villemurien tête d’affiche de ‘Holiday On Ice’

John Eyzen est la voix de Antonio le héros du ‘Roméo et Juliette’ sur glace.

Du 15 au 17 avril 2016 la célèbre troupe de Holiday On Ice est au Zénith de Toulouse pour cinq représentations*. Cette année Holiday On Ice compte en son sein un Villemurien : John Eyzen, de son nom d’artiste, et à quelques jours de la présentation de la revue ‘Believe’ il nous accorde en exclusivité une interview.
Le Petit Journal : « Villemur c’est quoi pour vous ? »
John Eyzen: « Toutes mes racines, la ville natale de mère. Jeune j’y passais toutes mes vacances chez mes grands-parents. Dés que j’ai besoin de me ressourcer j’adore y retourner ». « Certains événements incontournables se fêtent à Villemur ».
LPJ : « Comment avez-vous décroché ‘la voix’ dans Holiday On Ice ? »
JE : « Les responsables du casting me connaissent et apprécient ma voix, ils ont tenu à me faire passer un casting. Il s’est fait ‘Skype’ car j’étais en tournée au Japon » « De retour en France une audition, en directe, me confirme pour faire la voix d’Antonio, le héros dansé par Andrew Buchanan, dans ‘Believe’ une version sur glace de ‘Roméo et Juliette’ ».
LPJ : « Vous patinez ? »
JE : « Non, et heureusement, je laisse aux professionnels de la troupe réaliser leurs prouesses techniques sur les patins ». « Jeune j’ai fait du patin à glace, peut-être que de les voir évoluer va me donner envie de m’y remettre, mais surement pas au point de remplacer les vedettes mondiales qui évoluent au sein de cette troupe ».
LPJ : « Votre rôle ? »
JE : « Nous sommes sur scène avec ma partenaire pour chanter les très belles partitions qui vont agrémenter en direct l’évolution des danseurs ». « La tournée est prévue pour trois mois en France et nous chantons chaque fois en direct. Pas de playback, pas de bandes sons, je n’aurais pas admis de prêter ma voix sans être en direct sur le spectacle ».
LPJ : « Après cette tournée ? »
JE : « Pour l’instant mon contrat ne prévoit que cette tournée française, je ne sais pas s’il y a une suite dans les pays francophone et si je tiendrai le rôle ». « Il faut savoir que la tournée est mondiale et que les chansons sont traduites et interprétées par des acteurs/chanteurs propres à chaque pays ». « Personnellement je suis perfectionniste et je travaille sur un album, mais mon avenir est dans la comédie musicale. »
LPJ : « Merci John et bien venue sur vos ‘terres natales’ »
JE : « Merci à vous et je pense que votre papier va faire du bruit à Villemur. J’en profite pour embrasser mes Grands-parents ».

http://www.lepetitjournal.net/Tarn-et-Garonne/011016-490891-Un-Villemurien-tete-d-affiche-de-Holiday-On-Ice.html

www.lebtivity.com, juin 2015

NOTRE DAME DE PARIS – Lebanon 2015

NOTRE DAME DE PARIS au Liban!

Notre Dame de Paris, the Original French Musical, has seen the light again in 2015 with a fresh all-star cast. This world tour started in Asia and will be arriving first to Lebanon in July 2015 before hitting Europe and North America afterwards.

Notre-Dame de Paris d’après l’œuvre de Victor Hugo

Musique : Richard Cocciante Texte : Luc Plamondon Mise en scène : Gilles Maheu

« Une bonne histoire est faite de conflits et de passion. Il n’en manque pas dans la trame de Notre-Dame de Paris : le conflit entre la beauté (Esmeralda) et la laideur (Quasimodo), entre le charnel et le spirituel (Frollo, le curé de Notre-Dame), entre le chef de bande de la Cour des Miracles (Clopin) et le soldat du roi (Phoebus), entre le temps des cathédrales et les nouvelles idées qui viennent tout basculer (Gringoire, le poète troubadour) entre les sans-papiers de l’époque et les français de sang. »

Les interprètes / Cast :

Quasimodo : Matt Laurent

Esmeralda : Stéphanie Bédard

Gringoire : Richard Charest

Phoebus : John Eysen

Frollo : Jerome Collet

Clopin : Angelo Del Vecchio

Fleur de Lys: Stéphanie Schlesser

Doublures :

Myriam Brousseau Jérôme Collet Angelo Del Vecchio Gabor Hegedus

Ils seront entourés d’une vingtaine de danseurs – acrobates !

Tickets available at Virgin Ticketing Box-Office all branches.

http://www.lebtivity.com/event/notre-dame-de-paris-lebanon-2015

« mymajorcompany.com », juin 2013

« LES GRANDES VOIX DES COMEDIES MUSICALES » CHANTENT POUR LES ENFANTS HOSPITALISES.

UN COLLECTIF D’ARTISTES ENGAGES

« Les grandes voix des comédies musicales » est un collectif d’artistes engagés issus des grands spectacles de comédies musicales, et qui ont décidé de se regrouper autour de projets musicaux caritatifs au profit d’actions qui leur tiennent à coeur. […]

LE PROJET

Cette fois, le but est de réunir le financement nécessaire pour enregistrer un single et un clip dont tous les profits seront reversés à l’association COEURS EN SCENE qui mène des actions artistiques pour apporter joie et réconfort à des enfants malades ou hospitalisés.

L’association en bref…

COEURS EN SCENE lutte contre les maladies de l’enfance, en particulier les leucémies qui touchent de nombreux enfants chaque année.

Sa mission : Apporter du rêve et du bonheur aux enfants malades ainsi qu’à leurs familles…
Coeurs En Scène soutient les enfants et leur apporte du réconfort à travers plusieurs événements tels que des comédies musicales, concerts, des shows féeriques, des visites d’artistes en hôpitaux. Elle réalise donc ce qu’elle appelle « des rêves d’enfants » (comme des sorties dans des parcs d’attractions, les emmener à des spectacles, ou leur faire rencontrer les artistes qu’ils admirent…).

Pour découvrir l’association et ses actions, visitez http://www.coeursenscene.fr

  • Les artistes sur ce projet… : Mikelangelo Loconte (Mozart), Anaïs Delva (Dracula, Salut Les Copains), Nuno Resende (The Voice, Adam et Ève, Les demoiselles de Rochefort), Damien Sargue (Roméo et Juliette), Renaud Hantson (Starmania, Légende de Jimmy), Cécilia Cara (Grease, Roméo et Juliette), Fabienne Thibeault (Starmania), Priscilla Betti (Chante!), Delphine Elbé (les 10 commandements), Lââm (Cendrillon), Valery Rodriguez (Le Roi Lion, Martin Guerre), Victoria Petrosillo (Le Roi Soleil, The Voice), Amalya (Swinging Life), Pablo Villafranca (Les 10 Commandements), Cyril Niccolai (Notre dame de Paris), Stephane Neville (Les Enfants du Solei, Le petit Prince), John Eyzen (Romeo et Juliette), Dominique Magloire (Cléopatre, The Voice), Sophie Delmas (Mamma Mia), Nathalie Lermitte (Piaf), Robert Marien (Les Misérables), Kevon (Swinging life), Florent Torres (The Voice, Dracula), Tom Ross (Roméo et Juliette), Frédéric Charter (Roméo et Juliette)

    CHAQUE JOUR, DE NOUVEAUX ARTISTES REJOIGNENT LE PROJET !!!

    ==> http://www.mymajorcompany.com/projects/les-grandes-voix-pour-les-enfants-malades

« 75.agendaculturel.fr », juin 2013

John Eyzen a posé comme modèle pour une exposition de photos sur le thème des animaux en voie de disparition.

Exposition photographique  » S’il te plaît…apprivoise-moi!  »
Initié par  » le petit prince  » de Antoine de Saint-Exupéry (Chapitres 20,21: rencontre avec le renard), le projet d’exposition photographique  » S’il te plaît…apprivoise-moi!  » est une rencontre entre les hommes et les animaux en voie de disparition.
L’objectif du projet est de soutenir le WWF grâce à une vente de catalogue d’exposition et une vente aux enchères des tirages de photo. Les fonds de la vente seront intégralement reversés au WWF, qui est une organisation non gouvernementale internationale de protection de la nature et de l’environnement, fortement impliquée dans le développement durable, grâce notamment au soutien financier de ses plus de 5 millions de donateurs à travers le monde.
C’est une série de photographies composée d’une vingtaine d’images de modèles maquillés suivant des conceptions d’une dizaine d’animaux en voie de disparition. Nous avons invité Laurent Bàn, John Eyzen, Chiara Di Bari, Vincent Heden, Diane Dassigny, Alexandre Faitrouni, Julie Zano et Candice Parise  à participer comme modèles à notre projet, chacun interprétant un animal en voie de disparition. Nous souhaitons attirer l’attention du public grâce à leurs talents d’interprétation et leurs influences.
http://75.agendaculturel.fr/exposition/5eme-arrondissement-paris/galerie-artes/exposition-photographique-s-il-te-plait-apprivoise-moi.html

Invitation pour le vernissage

Présentation de la tournée en Chine de « Roméo et Juliette », décembre 2012

.

http://www.vipticket.com.cn/news-11350.html

–> La romance française « Roméo et Juliette », pour une fin d’année pleine d’amour à Shanghaï !

Dans les comédies musicales françaises, l’élément romantique est essentiel. Le beau garçon et la belle jeune fille condamnés. Les premiers rôles, Roméo par Cyril Niccolaï et Joy Esther qui joue Juliette, sont très émouvants.

Joy Esther joue Juliette depuis 2006 et a participé à la tournée asiatique. En général dans ces comedies musicales, toute l’attention se concentre sur les acteurs principaux, mais il y a beaucoup d’autres rôles comme la nourrice, Tybalt, Mercutio, le prince de Vérone, des chansons et des scènes importantes, des chanteurs soigneusement sélectionnés qui interprètent la pièce avec une performance qui ne laisse aucun doute.

Le patrimoine de la chanson française a hérité d’un tempérament romantique unique, très différent des  comédies musicales de Broadway et du West End de Londres  !

Le « parrain » de la musique française, Gérard Presgurvic, a passé deux années à le concevoir avec  soin, avec ce style de musique très moderne, sur l’amour, la haine, la puissance de l’amour, superbe et émouvant. En particulier la chanson « Aimer »,  duo romantique qui fut en tête du classement français pendant 16 semaines.

La pièce entière, imprégnée de cette jeunesse du début à la fin, est impressionnante. De plus « Aimer », « Vérone », « La haine », « Le balcon » n’ont rien à envier aux meilleures chansons. Une autre chanson en particulier, « Les rois du monde », remporta une bataille encore plus impressionnante, puisqu’elle resta 17 semaines en tête du classement, jusqu’à 2 millions d’albums vendus, devenant la chanson la mieux vendue de l’année en France.

En outre, ayant intégré l’essence des autres types de spectacles, la performance de cette comédie musicale est plus riche que les autres, la scénographie est grandiose, la musique très moderne, des costumes magnifiques, la danse éblouissante.

La comédie musicale débutera le 22 Décembre 2012, une épopée d’amour, un amour à écouter, une sorte d’enseignement de l’amour, un carnaval amour ! Cet hiver et pour la nouvelle année, rassemblez votre amour venir voir le spectacle !

********************************

Du 22 décembre au 6 janvier, Shanghai Cultural Plaza

Critiques sur « Roméo et Juliette » au Japon, partie 2

.

http://yukituri.exblog.jp/ :

キャストでは、前回も書きましたが、ジョイがすごく良くなりましたね! 可憐で歌も伸びて、ジュリエットとして説得力あり。
たれ目だけどスタイルよく小顔の新ベンヴォーリオも好き。目の表情とか、演技も上手いんだよな。
マーキューシオは5年前からかわいいなと思ってるし。ひねくれいたずら者の雰囲気が出てます。日焼けのせいか眉がないように見えたので、もっときりっと描いてほしかったです。[…]

みんながはけた後、マーキューシオとベンヴォーリオが戻って来てじゃれ合ってくれました。かわいい。これまたサービス精神旺盛なお2人。

-> Pour le casting, j’ai trouvé comme la dernière fois [en 2007] que Joy était excellente ! Mignonne, de belles chansons, elle était convaincante dans le rôle de Juliette.
J’aime aussi le nouveau Benvolio, l’expression de ses yeux, c’est aussi un bon acteur.
Je pense que Mercutio est toujours aussi mignon cinq ans après. L’espièglerie de son personnage a beaucoup augmenté. […]

Tout le monde était de retour après le show [pour les saluts], notamment Mercutio et Benvolio, qui se sont amusés. C’était adorable. La complicité de ces deux-là était excellent.

http://plaza.rakuten.co.jp/morizounikki/ :

役者さんでは、ジュリエット役のジョイ・エステールさんと、マーキューシオ役のジョン・エイゼンさんが良かったです(^^)
マーキューシオは登場シーンからすでにクレイジーな雰囲気を醸し出していてインパクト大!
身体全体からアブない人オーラが出まくってます。(←誉めてます!)
ロミオとベンヴォーリオが思いのほか地味で(くどいようですがビジュアルではなくキャラが、ね) 私の中ではマーキューシオひとり勝ち状態。

-> Joy Esther et John Eyzen étaient bons dans les rôles de Juliette et de Mercutio.

Quand il apparait sur scène, Mercutio provoque une forte ambiance de folie ! Tout ce qui sort de ce corps est fou.
Roméo et Benvolio sont étonnamment calmes (ils semblent bavards, mais peu expressifs dans leur caractère), pour moi Mercutio seul en ressort gagnant.

http://blogs.yahoo.co.jp/rum_love27/61883531.html :

マーキューシオ●ジョン・エイゼン

でも、今回のマーはちゃんと歌が上手い( ̄∀ ̄) 声はちょっとお疲れかな?って感じがしましたが。 十分迫力のある歌声でした。

マーは頭の悪いチンピラのイメージでしたが、間違いなく今回もそうでした(褒め言葉)。挑発的なキャラが非常に上手いですね。

モンタギューズの中でも、断然キャラが濃いですが、ちゃんと3人が仲が良いのは見て取れたのが◎。

前レポでも言った通り、『マブの女王』は舞踏会お誘いソング(違)ではなく、彼の野心を歌った、もっと漠然とした内容の歌でした。 これが、上手いこと『ティボルト』と対になっているのですよね~。

個人的に納得したシーンが、前レポで書いた『決闘』シーン 。ちゃんとロミオをかばって死ぬんですよね。

フランス版のDVDでもそうでしたが、刺された後にやたら立って歩き回っていて、結構元気なんですよね(笑)。
終始エポニーヌ状態の日本版とは違いますな。

-> Mercutio – John Eyzen

Ce chanteur était bon et chantait parfaitement. (:D) Sa voix n’était pas un peu fatiguée ? C’est l’impression que j’ai eue. C’était une voix puissante.

L’image de Mercutio était un peu celle d’un voyou, mais cette fois c’était ainsi qu’il fallait le faire. Il s’agit d’un très bon caractère provocateur.

Parmi les trois Montaigu, c’est un personnage sombre, mais on se rend compte que les trois s’entendent parfaitement bien.

Dans « La reine Mab », il chante son ambition. Cela faisait un bon pendant à la chanson « Tybalt », non ?

La scène qui m’a le plus touché était celle du “Duel”. Il meurt en voulant protéger Roméo.

Comme c’était le cas dans le DVD de la version française, il se tient debout, marche d’un bout à l’autre, tourne, après avoir été poignardé. Il est très vigoureux, non ? C’est différent de la version japonaise, où il reste allongé du début à la fin.

http://ballet-hobby.blogspot.fr/2012/10/2.html :

マキューショー役のジョン・エイゼン(John Eyzen)はアホっぽい感じでティボルトを馬鹿にして笑って刺されて死ぬわけですが、歌はロミオ達トリオの中では一番好きな歌い手さんという感じでした(^^)
過去のロミジュリと比べるとマキューショーはこちらの方がキャラクターが濃くて印象に残ります。

-> Mercutio, joué par John Eyzen, est poignardé à mort par Tybalt. C’est un rôle de fou, il meurt en riant. C’était le chanteur que je préférais, dans le trio avec Roméo et Benvolio (^^)

Par rapport aux versions précédentes, ce Mercutio est plus sombre, plus impressionnant.

Critiques sur « Roméo et Juliette » au Japon, partie 1

Je ne mets ici que les extraits concernant Mercutio.

ジョン・エイゼン : John Eyzen
マーキューシオ : Mercutio

(merci notamment à Ikurei Nakashima pour la traduction)

http://blogs.yahoo.co.jp/pourpasseletemps/63194494.html :

と、主役は弱かったけれど、脇は充実でした。特にマキューシオのジョンエイゼンは、多分初演の人よりいいと思います。マキューシオのエキセントリックなキャラをよく表現していたし、体型はずんぐりむっくりでまるまるしちゃったけど(2007年のツアー映像ではもっとスマートでした)、よく動きましたしね。マキューシオは、いい役ですものね

-> Les rôles principaux étaient faibles, mais les rôles secondaires étaient solides. Surtout, le rôle de Mercution par John Eyzen était meilleur que le premier [de 2001] ! C’était une bonne interprétation d’un Mercutio excentrique. Il se déplace bien et c’est un meilleur travail. Mercutio, c’est un bon rôle.

http://el332.blog137.fc2.com/blog-entry-348.html :

そしてマキューシオ!彼は持ってる人だなぁ ティボルトもよかった。

ジョンさんマキューシオが本当に目がいって仕方なかった。

歌は甘い声でよく通るし、演技は弾けてて動きは躍動感あった。

マキューシオとしてキャラがすごく立っていて、あの悲劇の引き金を引くにふさわしい人物像と存在感でした。

率直に言って、他の人たちの方がパッと見二枚目だったのに、中身の魅力にぐんぐん持っていかれた。

-> Et Mercutio ! C’était la bonne personne [pour l’interprétation], et Tybalt aussi était bon. Les yeux du Mercutio de John disaient la vérité, comment il n’avait pas le choix.

Sa voix était agréable, ses chansons portaient bien, de même que sa performance dynamique, l’impression agitée que donnaient ses mouvements.
Un personnage important comme Mercutio était la personne qu’il fallait pour déclencher la tragédie.
Pour parler honnêtement, même si les autres personnes que j’ai vu étaient importantes, celui-là portait tout le charme du contenu.

http://d.hatena.ne.jp/waterperiod/20121006/1349548656 :

歌は、皆さん本当に良かったのですが、特に印象に残ったのは、ジュリエットママ、マーキューシオ、ベンヴォーリオ辺りでしょうか。

マーキューシオのジョンは、別に髪型がウェービーヘアだからというわけではありませんが、姿、歌、そして軽やかな身のこなしから、アッキーを連想して仕方がありませんでした。

そう言えばマーキューシオ、1幕の「世界の王」からミニワイヤレスマイクの音声に雑音が入り始め、直後のソロの途中でついに歌声が聞こえなくなるというトラブルが発生してしまっていました。 数秒後、歌っていた下手側からスタッフが素早くハンドマイクを手渡して事なきを得ていましたが、緊張の一瞬でした。

-> Toutes les chansons étaient bonnes, mais il y en avait de particulièrement mémorables, celles de la mère de Juliette, probablement aussi Mercutio et Benvolio.
John, qui jouait Mercutio, me faisait penser à Akki [Akinori Nakagawa, acteur et chanteur japonais] avec son style, son chant, sa façon de bouger… sauf pour ses cheveux frisés !

Les problèmes de son ont commencé dans le petit microphone sans fils pendant « Les Rois du Monde » au premier acte, une difficulté apparue pendant qu’il chantait, mais il devint finalement inaudible au milieu du solo qui suivit [La reine Mab]. Après quelques secondes, le staff lui a donné un micro à main avec lequel il a pu chanter, mais c’était un moment de tension.

« elixirstrings.fr », mai 2012

Deux nouveaux endorsés en provenance de la MAI

Et bam, ces deux nouveaux artistes Elixir recrutés directement à la source vont bientôt faire parler d’eux, et certainement pas dans la rubrique « faits divers » !

C’est bien beau de gagner un contrat d’endorsement géant (note : partenariat avec ce fabriquant de cordes de guitare), mais savent-ils qu’il va falloir le signer et nous le retourner par la Poste pour qu’il soit valable ? De gauche à droite, voici donc Sophian Alkurdi, Christophe de chez Elixir France et John Eyzen…

(photo)

La promo 52 de Music Academy International (www.maifrance.com) fraichement diplômée en avril dernier laissera des traces sur son passage. Cette promo n’était pas très nombreuse, mais d’une qualité surprenante.
Elixir Strings a depuis de nombreuses années un partenariat avec ce centre de formation professionnelle, et il est de coutume que nous offrions quelques cordes aux meilleurs d’entre eux. Mais cette année était si bonne que nous avons fait les choses en grands. Deux élèves ont eu un ticket d’entrée chez les artistes Elixir avec en guise de cadeau leur premier contrat d’endorsement.

Tout d’abord, Sophian Alkurdi est le Major de cette promo (avec une moyenne générale de 17,57/20 et tous nos applaudissements…). Ce huit-cordistes au sourire ultra-bright digne d’une pub de dentifrice sait manier son instrument dans tous les styles, allant du plus traditionnel jusqu’au Djent de djeun’s (comme son groupe AER par exemple). De nombreux projets devraient voir le jour cette année, et bien entendu nous suivrons tout ça de très près. Tant du côté musical que du côté humain, Sophian mérite grandement sa place chez Elixir…

Ensuite, John Eyzen a quant à lui été nommé « Meilleur Espoir » de cette promo. John a déjà un peu d’expérience dans le milieu de la chanson, notamment en ayant eu un des rôles principaux dans la comédie Roméo et Juliette. Il a déjà son propre fan club en France, mais aussi dans d’autres pays comme la Russie ou la Chine. D’ailleurs, il partira bientôt en tournée en Asie toujours dans le cadre de la comédie musicale. Mais ne le cloisonnons pas qu’à ce rôle. John n’est pas que chanteur, il est bien entendu guitariste avec plusieurs projets parallèles dont nous pourrons bientôt nous régaler. Plus de news devraient arriver dans l’année…

Voilà, ces deux musiciens fraichement diplômés méritent leur place chez Elixir, d’autant plus qu’ils sont des utilisateurs comblés et heureux de nos cordes.

Fiche artiste : John Eyzen

  • Cordes Elixir® Strings utilisées : Cordes Nanoweb électriques et acoustiques
  • Tirant utilisé : 10-52 pour la Strat et 9-46 pour la PRS
  • Instrument préféré : Fender Telecaster, Ovation Adamas, Taylor 914
  • Matériel utilisé : Fender Stratocaster Standard, PRS 20th Anniversary Standard 24, Ovation Elite Special S778, Fender DG 4, Yamaha AEX 500 N2, ampli Peavy Classic 30, ampli Fender Deluxe, Boss RC 50, TC Electronic Voicelive 2, Line 6 Pod XT Live, Micro Shure Beta 87A HF
  • Influences : Jeff Buckley, Chris Cornell, Radiohead, Incubus, Björk, Sting, Muse, Stevie Wonder, Prince, Led Zep, Queen, Beck, Hendrix, Richie Kotzen, Damien Rice, Bryan Adams…
  • A partagé la scène avec : Lenny Kravitz, Phil Collins, Calogero, Garou, Florent Pagny…
  • Citation : « Ce qui me touche le plus avec Elixir, c’est la sonorité. Aucune autre marque, que ce soit pour l’électrique ou l’acoustique, n’apportera autant de brillance à mon son, et ne la gardera aussi longtemps. En bref, c’est vraiment le top !!! »
  • Site web : http://www.facebook.com/john.eyzen

Ce guitariste Cannois n’en est pas à son premier coup d’essai. En plus de la comédie musicale Roméo et Juliette où il tient un des rôles principaux, ce chanteur-danseur est également guitariste averti tirant sur le folk multiculturel… Artiste polyvalent à découvrir !

http://www.elixirstrings.fr/news/endorses_MAI.html (article + photo)

« Nice-Matin », mars 2010

La troupe de Roméo & Juliette remonte sur scène avec le cannois John Eyzen, qui campe Mercutio.

Près de dix ans après sa première représentation en 2001, la comédie musicale de Gérard Presgurvic Roméo & Juliette, de la haine à l’amour, adaptée de l’œuvre de William Shakespear, retrouve la scène du Palais des Congrès de Paris pour un nouveau spectacle, Roméo & Juliette, les enfants de Vérone. Nouveau décor, nouveaux costumes, morceaux inédits et nouveau casting. Après la Cannoise Cécilia Cara (Juliette dans la première adaptation), c’est au tour de John Eyzen de s’illustrer dans Roméo & Juliette. Né et formé à Cannes dans l’école de danse le « Glamour Dance Studio », John y a vécu jusqu’à sa participation à la Star Ac’ en 2004. Aujourd’hui, il vit à Paris où il incarne le rôle de Mercutio, sur la scène du Palais des Congrès.

Que s’est-il passé depuis la Star Ac’ 4 ?

J’ai rejoint mon groupe Eyzen pour un album et une tournée. Un peu plus d’un an après, on m’a proposé de passer l’audition pour intégrer la troupe de Roméo & Juliette, que Gérard Presgurvic remontait pour une tournée en Asie. Après cent cinquante représentations en Corée nous sommes de retour en France depuis six mois pour retravailler le spectacle et en représentation depuis le 2 février.

Auteur, compositeur, musicien, passionné de danse et de théâtre… Une comédie musicale c’est l’idéal ?

On n’est pas uniquement chanteur, c’est ça qui est merveilleux. En plus, je suis un fan de l’écriture de William Shakespeare depuis toujours. Roméo & Juliette est pour moi la plus belle histoire jamais écrite. C’est passionnant.

Justement, parlez-nous de Mercutio…

Mercutio est l’ami fidèle de Roméo, il va jusqu’à mourir pour lui. C’est un personnage que je connais bien car je l’ai joué plusieurs fois au théâtre. Sur certains points je peux me retrouver en lui. C’est le personnage le plus abstrait des œuvres de Shakespeare, il laisse beaucoup de place à l’adaptation. C’est un rôle qui évolue sans cesse, c’est pour ça que je ne me lasse pas du personnage.

Mercutio a changé par rapport à 2001 ?

Philippe d’Avilla [qui jouait Mercutio] en faisait une interprétation davantage tournée vers son côté de leader du clan des Montaigu. Mercutio est un personnage complètement fou. J’ai donc exploité cette folie sombre. Le spectacle aussi est différent du précédent. J’encourage vraiment tout le monde à venir le voir, ceux qui ont déjà vu le premier comme ceux qui n’aiment pas les comédies musicales.

Légende de la photo : Le Cannois de souche s’illustre brillamment dans le rôle de Mercutio sur la scène du Palais des congrès de Paris.

Extrait du programme du spectacle : « C’est la première fois que je m’investis à ce point corps et âme dans un personnage, mais je pense qu’interpréter Mercutio n’en demande pas moins. En trois années dans la troupe de Roméo et Juliette, j’ai fait un bond en avant, artistique et humain… La liberté de Mercutio m’a permis de jouer différents personnages en un seul, et la recherche de sa personnalité m’a aidé à mieux comprendre la mienne… et à grandir !! »

Extraits de critiques internet

Plusieurs sites internet et blogs ont fait la critique du spectacle. J’ai mis ici les extraits concernant John, mais les articles dans leur intégralité sont accessibles sur le forum officiel de Roméo et Juliette 2010, rubrique « presse » (enregistrement demandé).

« Un Roméo et une Juliette plus vrais que nature… jeunes, beaux, la fraîcheur à l’état pur, fougueux et passionnés, Damien Sargue et Joy Esther sont parfaits. Un Benvolio (Cyril Niccolaï) et un Tybalt (Tom Ross) très crédibles également.

Et puis chapeau à ce Mercutio un peu fou, un peu poète, joué par John Eyzen avec une facilité et un naturel déconcertants. John est un danseur hors pair, il a une belle présence sur scène et un grain de voix puissant. Bref vous l’aurez deviné, mon Roméo à moi 😉 » (www.obiwi.fr)

« Mercutio quant à lui gagne en sex appeal, puisque c’est le fringant et chevelu John Eyzen (Star Ac’ 4) qui s’y colle. L’accent est mis sur le côté travesti, fou, libertin du personnage… Dans son costume mauve, il déborde d’énergie et bondit partout, en marquant sa présence d’un ricanement strident à la manière d’un Joker psychédélique. » (www.parenlive.fr)

« Mais la vrai révélation de ce spectacle est John Eyzen, issu de la quatrième saison de « Star Academy », jouant Mercutio depuis trois ans (en Asie déjà), et reprenant donc le rôle crée en 2000 par l’artiste belge Philippe d’Avilla. Comme lui a glissé Julie Piétri à l’oreille, lors du cocktail after-show, ce garçon a « l’œil du tigre ». Exit donc le jeune homme timide qui a grandi sous l’œil des caméras de TF1. John est un vrai grand second rôle, il a pris de l’étoffe, de la valeur et de l’expérience. » (www.chartsinfrance.net)

« Dans les baskets de Mercutio, on découvre John Eyzen, ancien de la Star Ac 4. Franchement, un ancien de la Star Ac, j’aurais pas parié un kopeck sur lui ! Et pourtant, il offre un Mercutio complètement déjanté et surjoué à souhait, bien plus proche de celui de Baz Luhrman que de celui de Philippe. Son rôle prend un peu plus d’ampleur et John révèle un vrai talent dramatique, en plus d’une voix puissante et assurée. Alors oui, sa façon de tout jouer à l’extrême peut ne pas plaire, mais pour moi, c’est une vrai belle révélation. » (www.musicalworld.blogspot.com)

blog « Minou a lu » :

 » Comme je le disais ci-dessus, plusieurs améliorations ont été apportées au spectacle original, en s’inspirant notamment de la version hongroise : les chanteurs sont plus expressifs et osent davantage, mais également en revenant à la source même, le texte de Shakespeare. Dans cette optique, la folie du personnage de Mercutio (John Eyzen), ainsi que son homosexualité, est accentuée par exemple. La chanson La reine Mab (Je rêve) a été ajoutée en reprenant la longue réplique de ce personnage sur les rêves. La façon dont Tybalt (toujours interprété par Tom Ross, pour mon plus grand bonheur) se fait rabrouer par son oncle lors du bal est très proche du dialogue écrit par Shakespeare. Cela participe à la sensibilisation de son personnage et accentue son isolement dans sa propre famille. On retrouve cette solitude dans la nouvelle chanson Tybalt : Tybalt, je suis Tybalt, on me déteste, on me craint, mais moi, je ne sens plus rien…

Néanmoins, un petit jeu, assez ambigu, est développé entre  ce personnage et celui de Mercutio, qui confirme ma sensation d’être face à des enfants dans cette histoire : ils ne cessent de se chercher, de se tourner autour (la chanson Les poupées le montre particulièrement bien), jusqu’à ce qu’ils franchissent la limite du non-retour dans leur dialogue avant Le duel : les répliques de trop, les piques trop acérées et lancées sur le point faible (la fierté de Mercutio et l’amour de Tybalt pour Juliette) ont raison du jeu et provoquent l’issue fatale que l’on connaît. Ce n’est plus alors la fierté que l’on observe chez Tybalt lorsqu’il se rend compte de la portée de son geste, mais le remord, le dégoût : il reprend l’attitude de lady Macbeth qui ne peut effacer le sang de ses mains. Cela rend la scène encore plus terrible (…).

extrait d’un journal coréen (2007)

« Même parmi ces interprétations stellaires, toutefois, celui qui remporte vraiment la vedette dans la comédie musicale est John Eyzen, qui fournit une interprétation absolument stupéfiante en tant que Mercutio. Mercutio, tel qu’il est interprété par John Eyzen, est jeune, sauvage et téméraire, capable d’amitié acharnée et de haine tout aussi intense, servant de point central convaincant et en même temps tout à fait imprévisible à la tragédie la plus connue de Shakespeare.
Dans la comédie musicale, Mercutio est au cœur de tout : même dès le début, la querelle séculaire entre Montaigu et Capulet est résumée à peu près de la même façon dans les jeunesses fougueuses de Mercutio et Tybalt. Tandis que Roméo est un héros trop mélancolique pour intervenir de façon significative dans l’intrigue (et Benvolio un acolyte trop sympathique), c’est Mercutio qui les entraîne tous vers leurs destinées, les yeux brillants de malice alors qu’il introduit subrepticement ses amis Montaigu au bal fatidique des Capulet (la comédie musicale n’explique jamais de façon satisfaisante comment il met la main sur une invitation, bien qu’on puisse imaginer qu’il l’a certainement chapardée à son oncle), et c’est bien sûr Mercutio qui provoque Tybalt dans le duel « orageux » qui lui coûte la vie, entraînant la vengeance de Roméo et les tragédies qui lui succèdent.

Alors que n’importe quel acteur dépourvu de tact aurait pu se disperser désastreusement dans cette position centrale, John Eyzen se met avec élégance dans la peau de Mercutio, avec son chant impeccable et son interprétation poignante et sincère. Le vice avec lequel Mercutio raille Tybalt dans « La folie » est assurément captivant, et dans la scène de « la mort de Mercutio », le poignant mélange d’émotions de John Eyzen – choc, fureur, refus, indifférence feinte, crainte de la mort imminente, vain refus de renoncer à sa fierté, et l’amour pour les amis qu’il laisse derrière lui – est suffisant pour que le public trouve la mort de Mercutio encore plus tragique que celle de Roméo ou celle de Juliette. »

retour à l’accueil